Carnet de Bord


25/07
26
27
28
29
30
31
1/08
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25

Mardi 21 Août 2001

Bichkek

  Nous nous retrouvons tous les 5 dans de bonnes conditions. Nous profitons du confort de l'appartement pour nous balader et découvrir la capitale sous un autre angle.

 

Un matin dans la capitale

  Ce fut la nuit la plus inégale depuis notre arrivée. Alors que Chris, Etienne et Rémi ont rattrapé le retard accumulé en trek, Antoine passe sa pire nuit du séjour. Autant il est facile de dormir sur un tapis de sol en pleine montagne sur de l'herbe tendre, autant sur un bon vieux plancher de bois c'est un peu plus délicat. D'autant plus qu'il fait une chaleur à crever...

  Une fois tout ce petit monde prêt à décoller, nous partons pour la ville. Quel plaisir de pouvoir déambuler paisiblement sur les trottoirs sans nos gros sacs de randonnée, sans se faire accoster au moindre coin de rue. Nous redécouvrons Bichkek. Antoine et Jérémie se précipitent sur le mini-marché qu'ils on découvert pour en faire profiter les « nouveaux ». C'est très riche en couleurs et en odeurs.

  Le moral au beau fixe, les papilles excitées, nous craquons pour un peu de nourriture locale servie par une charmante demoiselle. Des champignons, une sorte de poisson sêché, mais surtout des aubergines farcies. Un véritable régal. Nous prévoyons donc tout ce qu'il faut pour un petit repas typique le soir à l'appartement.

 

Osh Bazar

  Une fois le repas du midi englouti (au resto, comme d'habitude), nous nous dirigeons vers Osh Bazar.

  C'est un moment très attendu par Etienne, Rémi et Chris car tous les guides en parlent. Il nous faut nous méfier des pick-pocket et des agressions en tous genres, mais nous sommes prévenus et attentifs désormais. Il nous faut bien toute l'après-midi pour voir tous les recoins de cette immense dédale de petites échopes collées les unes aux autres, où l'on trouve vraiment tout et n'importe quoi. Etienne achète quelques souvenirs, Jérémie et Antoine découvrent un magasin dans lequel 2 tapis les intéressent. Après une petite négociation ces derniers abandonnent provisoirement la bataille : trop cher.

 

Repas kirghize

  Une fois la balade terminée, nous rentrons à l'appartement sans oublier de passer par un internet café. Antoine rassure son père médecin à propos de son genou, et ce dernier diagnostique (par téléphone, la science est en progrès !) qu'il est raisonnable de randonner le lendemain, tout en restant sage et en évitant de plier le genou.

  En passant devant le supermarché, il est impossible de résister à la fameuse Baltika Corona. Cette bière, réputée de St-Petersbourg à Vladivostok, est connue pour titrer à 11°, ce qui ne fait bien entendu peur à personne. Bref, une belle soirée en perspective, avec de la nourriture en qualité (cf. le marché du matin) et de l'alcool en quantité : il nous reste un peu de vodka. Tout s'est donc bien passé, sauf pour Etienne qui a dû endurer une belote nocturne. Lui qui a fuit les cafétérias de matheux pour cette raison, le voilà prisonnier, à 10.000 km d'Orsay, de la motivation de ses partenaires. Coinché !


2
3
4
5
6
7
8
9